Les craquelures sur une toile

Posté par:

Musée des Beaux Arts de Lyon

Catherine Lebret
Pourquoi observe-t-on des craquelures à la surface de certaines peinture?

Avec des vues sur les tableaux de :

  • Jan Brueghel l’Ancien Le feu-1606 / L’Eau-1610 LaTerre-1610 / L’Air-1611
  • Biago d’Antonio La vierge et l’enfant vers 1940
  • Pierre Révoil Le tournoi 1812
  • Paolo Véronèse Bethsabée au bain vers 1575
  • Bernardo Bellotto Le Grand Canal à Venise 1736-1740
  • Louis Janmot Fleur des champs 1845
  • Jean-Batiste Corot Champ de blé vers 1842
  • Alfred Sisley Chemin montant 1870.

 

La suite →
0

Les différents types de dorure

Posté par:

 

La dorure à la feuille, la plus ancienne, est toujours pratiquée, notamment pour des supports en bas-relief supportant mal d’autres procédés, comme le bois (encadrements de miroirs ou tableaux), le fer forgé, les plaques commémoratives, etc, tel que pratiqué par les Ateliers Ardeco, les Ateliers Gohard, l’Atelier Léonie, l’Atelier Mariotti et l’Atelier de dorure Palomares. Mais aussi des toitures (Dôme des Invalides), des sculptures et autres décors (Opéra Garnier) à Paris.

Dorure au mercure. Ce procédé consiste à appliquer ...

La suite →
0

Dorure sur bois, technique

Posté par:

La dorure sur bois est une technique apparue dès l’Antiquité consistant à recouvrir le bois de feuilles d’or pour en rehausser l’apparence. Elle est dorénavant surtout pratiquée dans le cadre de la restauration d’œuvres d’art.

La dorure pratiquée de manière performante mobilise un certain nombre de compétences qui relèvent de métiers différents : menuiserie-ébénisterie, sculpture, modelage, reparure (gravure) et dorure. Dans le cadre d’une restauration, la méthode est déduite de la connaissance et de l’examen de la pièce, en particulier au ...

La suite →
0

La dorure

Posté par:

La dorure est une technique visant à rehausser les objets d’art, de culte ou précieux, en les recouvrant d’or. Elle est connue depuis l’Antiquité, notamment en Égypte antique. Ce métal, le seul à l’époque à avoir la particularité de ne pas s’oxyder, était symbole d’immortalité, et donc du divin.

On trouve ainsi des statuettes de bois, des objets en métal, en pierre, dont la surface totale ou partielle a fait l’objet d’un recouvrement, à l’aide d’une feuille d’or très mince, afin ...

La suite →
0